L'économie et la sécurité continuent d'occuper l'essentiel des sujets traités par la presse tunisienne de cette semaine, à coté des festivités marquant la célébration de la 58ème fête de l'indépendance du pays, largement couverte cette année contrairement aux deux précédentes années sous la gouvernance du Troïka qui cherchait ainsi à minimiser les acquis du régime de Bourguiba.

Ainsi, le journal 'Al-Sahafa' a mis l'accent sur les 58 années d'indépendance affirmant : 'ce qui est frappant chez chaque Tunisien, c'est le fait que la Tunisie est passée d'un Etat qui s'est doté d'une image de acheter en Chine en ligne dignité traitant d'égale à égale avec les autres à un Etat complètement aligné à l'occident favorisant certains pays occidentaux au détriment d'autres'.

Tunisie

Evoquant, pour sa part, la question économique, le journal 'Al-Maghreb' a souligné que le pays n'est pas sorti de la crise, se demandant : 'si nous avons trouvé aujourd'hui des institutions financières et des pays étrangers qui acceptent de nous prêter plus de 10 milliards de dinars pour boucler le budget 2014, qui va le faire pour les années 2015 et 2016 ? Et combien sera l'intérêt des dettes à partir de l'année 2017 ?'

'Personne ne fait attention à ces catastrophes qui nous menacent pour les prochaines années', a conclu le journal.

Le journal 'Al-Moussawir' a exprimé des craintes par rapport à l'avenir de la démocratie naissante en Tunisie, affirmant que le problème ne se situe pas à la rédaction de la constitution mais à son application. Il a, à cet égard, affirmé que de nombreuses constitutions ont été foulées au pied par des despotes.

Abordant la question des Tunisiens embrigadés dans des réseaux terroristes pour combattre en Syrie, le journal 'Al-Sarih' a appelé à la nécessité de poursuivre et de sanctionner tous ceux qui ont facilité, négligé et fermé les yeux devant ce phénomène.

Le journal 'La Presse', édité en français, a mis l'accent sur les possibilités prometteuses de l'Afrique et l'attention des hommes d'affaires tunisiens intéressés par le continent. Ils souhaitent nouer des relations d'investissements conjoints, soulignant, à cet égard, la tenue fin mars à Dakar des journées de partenariat sénégalo-tunisien.